Catégorie

Archive pour la catégorie « films »

Now We Are Free- Lisa Gerrard

Image de prévisualisation YouTube

tiré de la BO de Gladiator



Teru No Uta- Teshima Aoi

Image de prévisualisation YouTube
chanson tirée de la BO des Contes de Terremer de Goro Miyazaki (le fils de Hayao )
Paroles:

Yuuyami semaru kumo no ue itsumo ichiwa de tonde iru
Taka wa kitto kanashikarou
Oto mo todaeta kaze no naka sora wo tsukanda sono tsubasa
Yasumeru koto wa dekinakute

Kokoro wo nani ni tatoeyou taka no youna kono kokoro
Kokoro wo nani ni tatoeyou sora wo mauyona kanashisa wo

Hitokage taeta no no michi wo watashi to tomo ni ayunderu
Anata mo kitto samishikarou
Mushi no sasayaku kusahara wo tomo ni michiyuku hito dakedo
Taete mono iu koto mo naku

Kokoro wo nani ni tatoeyou hitori michiyuku kono kokoro
Kokoro wo nani ni tatoeyou hitori bocchi no samishisa wo

 

je n’ai qu’une traduction approximative

Au-dessus des nuages dans le crépuscule
le faucon toujours seul vole
Il doit sûrement être triste
Tous les bruits cessent sous l’effet du vent
Se tenant bien haut dans le ciel
il ne peut reposer ses ailes

Comment exprimer ce que ressent mon esprit
Il est comme le faucon
Comment exprimer ce que je ressens
ma tristesse volant dans le ciel

La pluie doucement tombe sur la terre
Se cachant toujours là derrière la roche, une secrète floraison
Cette petite fleur, est sûrement amère
Toutes les couleurs se fanent sous la pluie
Qui ne cessera jamais de les apprécier
ses faibles pétales roses ?

Comment exprimer ce que ressent mon esprit
mon coeur, est comme cette fleur
Comment exprimer ce que je ressens
l’amertume qui balance sous la pluie

Sur ce chemin désert
toi qui marche à mes côtés
tu dois sûrement être seul
Les insectes gazouillent dans l’herbe
Mais nous qui marchons ensemble
N’avons pas dit un mot

Comment exprimer ce que ressent mon esprit
Mon esprit qui tout seul marche
Comment exprimer ce que je ressens
Ma solitude qui seule voyage



Le Chemin Du Vent- Mon Voisin Totoro

Image de prévisualisation YouTube

 

j’ignore qui a composé cette musique issue du film Mon Voisin Totoro de Hayao Miyazaki…



Journal Intime- Nanni Moretti

( films )

Synopsis:

Journal intime d’un personnage qui se promène en Vespa dans Rome, puis va retrouver un ami sur les îles Eoliennes et enfin se fait soigner par plusieurs médecins qui ont tous un diagnostic différent.

Je n’ai pas trouvé de bande annonce, mais voici trois extraits:

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

« In other cities, too, the only thing i really enjoy doing is watching houses.
How beautiful it would be, a film about houses.
House views:
Garbatella, 1927
Villaggio Olimpico, 1960
Tuffelo, 1960
Vigne Nuove, 1987
Monteverde, 1939″

liens:

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=10070.html  (article allociné surle film )

http://fr.wikipedia.org/wiki/Journal_intime_(film)  (article wikipedia sur le film)

 

Je n’ai pu regarder que la premiere partie du film (donc la promenade en vespa, les deux autres parties etant les iles et les medecins ), que j’ai beaucoup aimé.  C’est tres contemplatif et à ce titre, ce film peut ennuyer beaucoup de monde.

J’aime beaucoup ce commentaire (tiré de l’article wikipedia ) sur le film

Ce film, prix de la mise en scène à Cannes en 1994, arrive à être à la fois très égocentrique et très généreux. Nanni Moretti ne parle dans ces trois chapitres de son Journal intime que d’une seule chose : lui-même. Mais en parlant de lui seul, il nous renvoie à nos propres réalités, limites, désirs. Ce film est vraiment un journal intime car on y trouve aussi des expressions de son auteur sur le monde qui l’entoure : le cinéma italien, le refus de la violence au cinéma, la peur de la bétise (celle de la majorité, celle des intellos, des parents, des enfants, des médecins…).

C’est aussi un formidable étalage de personnages plus drôles les uns que les autres : Moretti, lui-même, chevauchant sa Vespa à travers les différents quartiers de Rome la belle, dansant au milieu d’une fête ou dans une trattoria, s’arrêtant pour aller au cinéma, visiter une maison sous un prétexte fallacieux (repérage pour une comédie musicale sur un pâtissier trotskiste dans l’Italie des années 30), abordant un automobiliste pour lui asséner une vérité ou Jennifer Beals (Flashdance) pour s’extasier sur la commodité de ses chaussures et passer pour un fou. Moretti encore, allant d’île en île à la recherche d’un lieu où créer, errant de médecin en médecin pour trouver un remède à ce mal qui le ronge. Gerardo, son ami, grand intellectuel qui finit par tomber amoureux des soap-operas brésiliens. Le maire de Stromboli rêvant de faire de son île un film. Les parents de cette île où leurs enfants uniques font la loi et empêchent les conversations téléphoniques d’aboutir à autre chose qu’un ubuesque zoo sonore. Ce critique de cinéma qui, rongé par le remords, pleure sur son oreiller. Ces médecins, prince des dermatologues ou acupuncteur chinois, qui ne savent pas écouter.

Quelques moments touchants viennent aussi nous rappeler que tous cela n’est pas très loin de la vie : « que ce serait beau un film fait uniquement de maisons » nous dit Moretti en nous faisant visiter la ville telle qu’il la connaît, au delà des parcours touristiques, sa visite au monument en mémoire de l’assassinat de Pier Paolo Pasolini, ce ballon de foot rebondissant devant un bateau qui quitte le port, la détresse grandissante de cet homme face à une médecine sourde, sa dernière chimiothérapie. Et enfin il y a ce regard du dernier plan, où l’auteur/acteur nous regarde droit dans les yeux, comme pour nous dire : « et toi, qui es tu ? »

 

 



Diva Dance- Sarah Brightman

Image de prévisualisation YouTube

tiré de la Bo du 5eme Element, dont on voit ici les images.



1234